Lundi, novembre 23, 2020
Lundi, novembre 23, 2020

Votre « tank à vie » est vide? Roulez!

On fait partie de la « génération sandwich ». On est le beurre d’arachide, les enfants qui grandissent et les parents qui vieillissent, les tranches de pain. Bien qu’on n’ait pas toujours envie d’un sandwich au beurre d’arachide, on les aime beaucoup – notre famille, pas les sandwichs LOL! Les responsabilités qui y sont liées ont leur façon de brûler l’énergie de notre « tank à vie »; donc, il faut la remplir. Pour nous, c’est l’amour de couple et notre passion de rouler ensemble qui comblent ce besoin.

Un jour, alors que notre tank était presqu’à vide, on a planifié un merveilleux voyage en Virginie. Les grottes de Luray étaient une destination qu’on espérait visiter depuis quelques années; c’était donc la base de notre itinéraire. Les préparations et la recherche ont commencé à remplir le vide et nous a donné une énergie renouvelée.

- Publicité -

C’était évident que notre tank à vie était plus près du vide qu’on ne l’avait pensé après avoir parcouru un « petit » 800 kilomètres lors de notre première journée, où on s’est rendus chez nos amis Betsy et Joe à Mount Carmel, en Pennsylvanie. On a rapidement pris la décision de faire ce qu’on pouvait au rythme qui correspondait au plaisir de rouler et de ne pas suivre à la lettre notre itinéraire. Après tout, ne sommes-nous pas tous pareils? Nous aimons la ride peu importe la destination!

Jean-Yves dit que ce sont juste les fous qui ne changent pas d’idée; on a ainsi bien visité les grottes de Luray, mais pas la journée prévue. C’était le lendemain, car on voulait passer plus de temps avec Cuno et Beth, nos amis de la Virginie. Ça faisait tellement du bien juste d’être avec eux, surtout que cette chance se présente très rarement.

On a laissé nos amis pour installer notre tente au parc d’État de la rivière Shenandoah. Cuno nous a suggéré une bière de pomme « Angry Orchard » et on est allés en chercher pour les déguster au camping… sauf qu’il y en avait plusieurs sortes. Quel dommage – il a fallu juste toutes les goûter! La découverte de nouvelles boissons fait toujours partie de nos voyages. 

Votre tank à vie est vide Roulez

Il a fallu installer la tente sur le gravier – pas un pouce de gazon sur le site! Trop bizarre! Notre nuit dans un sac de couchage sur des roches nous a donc poussés à cette décision – PLUS DE CAMPING POUR CE VOYAGE, merci! hihihi. Par contre, l’emplacement était vraiment beau. Une petite baignade dans la rivière Shenandoah et une promenade dans la forêt avec Jack ont bien parti notre journée. 

On a retracé nos pas jusqu’à Front Royal pour emprunter la Skyline Drive (route 340), parce qu’on a voulu faire la route dès le début. Pour aller aux grottes de Luray, on débarquait de la Skyline et prenait la très belle route 211.

Pour un peu plus que 50 $ CAN chaque, on a eu droit à un tour guidé d’une heure puis à l’accès au musée d’auto et au musée d’époque. Les cavernes étaient littéralement un spectacle pour les yeux et même les oreilles, car il y a là un orgue qui joue sur les stalactites! Le monsieur qui est tombé dans ces cavernes et a allumé une chandelle en 1878 doit avoir pensé tomber dans un autre monde. Il y a des stalactites et stalagmites de toutes formes et grandeurs, jusqu’à 16 étages de haut – oui, 16 étages! Comme après-spectacle, on a visité le musée d’auto où se trouve la première Rolls Royce. Pour les amateurs d’autos, il ne faut pas manquer. Ça valait chaque sou sans aucun doute!

On s’installait à Hillside Motel, un petit motel charmant proche des cavernes et on prenait le temps de se reposer – piscine, une autre boisson découverte (bière téquila!) et du take out. Deux très belles journées passées en Virginie – la moto, les amis, les choses à visiter et le repos – ,tout ce dont on avait besoin. 

On a poursuivi la Skyline Drive, 169 kilomètres de beau chemin qui traverse le parc national Shenandoah dans les montagnes de Blue Ridge. Il faut prévoir les frais d’admission au parc. Si vous voulez une route qui réveille tous les sens, elle en est une. Cette route avec de nombreux arrêts scéniques coupe le souffle encore et encore. Rouler les courbes assez prononcées et douces à la fois, en dessous des arbres matures, nous donnait la sensation de danser avec la nature. Quelle danse magnifique!

On est arrêtés à chaque halte routière scénique, où la pause se prolongeait toujours parce qu’on avait amené Jack. Bien oui, je n’avais pas mentionné que c’était le premier long voyage que Jack faisait en moto. Entre le temps de dégourdir ses quatre pattes et le temps de laisser « ses fans » prendre sa photo, les arrêts duraient un peu plus longtemps que d’habitude.

Malgré ces arrêts plus longs, on a réussi à commencer le Blue Ridge Parkway. C’était remarquable comment les arbres mouillés luisaient autant au soleil qui perçait les nuages après la pluie. C’est comme si toute la forêt se réveillait et voulait se faire voir, entendre et sentir. On n’y est pas restés longtemps, mais on en a profité pleinement. C’était notre intention de se rendre à Roanoke et remonter vers le nord par la route 16 (connue comme Back of the Dragon) le lendemain. Avec un orage à l’horizon, on a encore une fois changé d’idée, et on a donc décidé d’arrêter à Peaks of Otter Lodge. Le lodge était une autre belle découverte et on lui a donné 5 sur 5! Un arbre gigantesque, des chevreuils,un restaurant avec deux musiciens locaux qui jouaient du bon bluegrass, un staff exceptionnel, clam chowder et fried green tomatoes (YUM!) et une belle vue du lac continuaient à remplir notre « tank à vie » tranquillement.

La moitié de nos vacances derrière nous, on a quitté le Blue Ridge Parkway en empruntant la route 43 Nord, une route non recommandée pour les véhicules récréatifs ou les camions! Les routes de campagne au milieu de la forêt naturelle George Washington, des routes sinueuses, des routes qui vous font penser que vous êtes au milieu d’un autre siècle, des routes dans la forêt et qui suivent des rivières – on les avait toutes roulées cette journée-là dans la Virginie. Pendant un arrêt photo au bord de la rivière Mill Creek sur la 42, on a décidé de se baigner. Quel meilleur endroit pour prendre une baignade au naturel que dans la forêt naturelle. LOL!  

Haha! je suis certaine qu’il y en a qui vont lire ça en riant en se souvenant de leurs propres histoires d’horreur. Comme c’était notre premier voyage avec Jack, on n’était pas prêts pour la difficulté à trouver un logement qui accueillait des chiens. On était fatigués et prêts à arrêter et relaxer, mais on avait eu besoin de chercher un motel. N’étant plus capables de rouler, on a loué une chambre de l’enfer. Je crois qu’on a tous une histoire où on s’est retrouvés dans une place où on ne seraient habituellement jamais retrouvés si on n’y avait pas été obligés par la fatigue. On restait habillés pour se coucher! Et on n’a même pas laissé Jack coucher sur sa couverture sur le plancher. Ouin!… faut être vraiment fatigués et mal pris. Bizarrement, ou bien justement parce qu’on était si fatigués, on a bien dormi.

Votre tank à vie est vide Roulez

Sur le chemin de retour vers la Pennsylvanie, on allait joindre nos amis Doug et sa femme, Willie, à leur quincaillerie de Tunkhannock. Wow! Gay’s True Value Hardware n’est pas juste une quincaillerie. C’est un musée. Le magasin a passé d’une génération à l’autre et ils y ont gardé précieusement leur héritage, incluant un Harley-Davidson Panhead vendu chez eux en 1967, et ensuite rapatrié de l’Arizona, ainsi que le traineau utilisé dans l’ancien temps pour les livraisons du magasin. Une chose que j’ai trouvée unique, c’était une boîte qui ressemblait à une boîte à courrier. C’était pourtant un dépotoir pour des drapeaux des États-Unis usés. Imaginez, même les drapeaux déchirés ne devront pas être jetés dans la poubelle! Après que Doug et Willie nous ont fait faire le tour guidé de leur magasin/musée, on les a suivis, ou devrais-je dire, pourchassés, jusque chez eux, où on allait rester pour la nuit, dans la petite vallée de Sugarhollow. Une petite route de campagne sinueuse où la limite de vitesse était, comment puis-je dire? —inexistante! Je me sentais comme dans un film de bootlegger. LOL!

L’après-midi et le soir, la parade des pompiers et le carnaval de Tunkhannock nous avaient gardés occupés. Les amis, les hot wings, les moules, la musique et bien sûr, la bonne bière Yuengling de la Pennsylvanie nous ont remplis de bonheur. Youpi! – notre tank à vie se remplissait à pleine vitesse cette journée-là.

Avec regret, on partait de Sugarhollow après un excellent petit déjeuner au restaurant du coin, Marsha’s Diner. Les rivières au bord des routes de campagne étaient au rendez-vous cette journée (6-92-374-371-171-370). C’était parfait, juste nous deux (ooops, trois avec Jack!) sur nos motos profitant de la liberté et des belles images des journées fraichement passées dans nos têtes.

On est arrivés aux montagnes des Catskills par le sud de l’État de New York sur la route 17. Ensuite, on a emprunté « The Adirondack Trail » (la route 30). Cette route scénique qui sillonne les forêts, les rivières, les petits et grands lacs est au cœur des Catskills et circule du sud au nord de l’État de New York, en entrant au Québec sur la 138. On a vraiment apprécié le bout de la 30 qu’on a fait et on a mis sur notre liste de la faire d’un bout à l’autre un jour.

On a fini cette journée relaxante et bienheureuse à Northville, situé sur le lac Great Sacandaga. On avait encore de la difficulté à trouver un logement pour nous trois (pas de place pour les chiens  ). En jasant avec les locaux, une d’eux a appelé son ami qui habitait à Northville et nous a trouvé une petite maison adorable à louer pour la nuit! Non seulement on a eu une belle conversation, mais on n’aurait jamais pu trouver cet endroit sans avoir pris le temps de jaser avec le monde de la place. Êtes-vous d’accord que la technologie a ses bons points, mais que le contact humain nous donne encore les meilleurs moments? 

En quittant Northville on a pris la route scénique 84, qui se situe entre la 28N et la 9 dans l’État de New York. Elle s’appelle la Blue Ridge Road; donc, on a fait la « Blue Ridge » sans même être entrés dans l’État de la Caroline du Nord! Hihihi!

Une de nos routes préférées dans les Adirondacks est la 9. La 9 ainsi que la 9N sont toutes les deux des routes  qui satisfont tous les goûts des motocyclistes. On ne s’y ennuie jamais! Et tant qu’on aimera explorer et découvrir de nouvelles places, restaurants, boisson locales, on aura quand même toujours nos favoris, et McLean’s Family Restaurant en fait partie. On a découvert ce restaurant il y a beaucoup d’années, un petit restaurant local où on se trouve souvent à diner avec le monde sympa du coin. Le menu est varié et le prix plus que raisonnable. C’est toujours bon!! Après s’être rempli l’estomac, on était prêts à faire le dernier bout vers la maison – déjà.

Et voilà, nous faisons tous de la moto pour nos raisons personnelles et à notre façon. Souvenez-vous-en, peu importe le pourquoi ou le comment, il s’agit d’en profiter pleinement! Quant à nous, ce voyage nous a offert bien des détours, des découvertes… et des nouvelles façons de préparer nos voyages futurs. Surtout, le voyage a rempli d’énergie notre « tank à vie »! 

Texte: Cheryl How

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Découvrez d'autres articles

connexes

SOYEZ TOUJOURS INFORMÉS!Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des mises à jour, du contenu exclusif et des offres spéciales!