– PUBLICITÉ –

Le plan C

Le plan C

– PUBLICITÉ –

Table des matières

L’année 2021 est une année que je préparais depuis près de cinq ans.  Pour ma retraite, j’avais prévu une escapade chez nos voisins du Sud.  Montréal vers Chicago, la 66 jusqu’au Pacifique, la côte Ouest vers Vancouver et finalement, vous l’aurez deviné, le retour à la maison.

Voilà que le printemps 2021 se pointe à l’horizon et la COVID-19 fait maintenant partie de notre quotidien.  De toute vraisemblance, il me sera impossible de faire le voyage que je préparais.  Plan B : Montréal vers le Yukon avec un passage par les Territoires du Nord-Ouest, puis vers le sud jusqu’à Vancouver et enfin, rouler vers la maison.  J’ai déjà hâte de voir fondre la neige.  

Enfin le 16 juillet arrive, c’est le jour de ma retraite. Le variant Delta de la COVID est parmi nous.  Mon départ était prévu au début du mois d’août.  Les Territoires du Nord-Ouest ferment leurs frontières aux touristes, le Yukon pense faire de même et l’Alberta est la province la plus durement touchée par la COVID au Canada.  

J’opte pour le plan C : visiter les provinces maritimes. Pourquoi pas! En cas de problèmes avec la COVID, je ne suis qu’à une journée de moto du Québec.

Je pars sans vraiment d’itinéraire. Mon objectif est de longer l’océan et de visiter les trois provinces maritimes. Un voyage qui durera de deux à trois semaines.  

Après 800 km, me voilà à Campbellton au Nouveau-Brunswick. Je roule sur la 134 en direction de la péninsule acadienne. Rapidement, je suis entouré de drapeaux et de bâtiments aux couleurs de l’Acadie.  Chacun des villages que je traverse est décoré des mêmes couleurs qui font la fierté de ces gens qui, depuis des siècles, habitent fièrement ce coin du Nouveau-Brunswick. Après Bathurst, je quitte la route 134 pour la 11. Je longe la mer aussi souvent que je peux. Avec les GPS, il est pratiquement impossible de se perdre. Rendu à Caraquet, je me demande si je dois me rendre à l’île Miscou.  Ce sera pour un prochain voyage. Le Nouveau-Brunmswick n’est quand même pas loin de chez nous.  Je passe la nuit à Tracadie-Sheila.  Au souper, je déguste une soupe de poisson délicieuse et je passe le reste de la soirée dans une microbrasserie nommée Les Brasseux d’la Côte (en vacances, j’essaie de consommer des produits locaux).  La charmante serveuse me conseille leur bière locale aux bleuets. Un délice…  Après ma première journée en Acadie, je suis un peu déçu. Il est plus facile de trouver des sushis et des falafels qu’un lobster roll.

Étant un maniaque de phares et de petites chapelles, je suis comblé et je vais remplir mon album souvenir de clichés les plus jolis les uns que les autres.  

Après la traversée du pont de Miramichi, je quitte la route 11 pour la 117. Fini le bord de la mer. Me voilà en pleine forêt.  Juste une petite parenthèse : j’ai roulé dans plus de 40 États américains et dans la moitié du Canada.  Le Québec gagne la médaille d’or des pires routes.

La baie de Fundy

Le parc national Hopewell Rocks est un incontournable. Il vous faudra deux jours pour vraiment profiter de ses beautés (votre billet d’entrée est valide pour deux jours consécutifs).  Pour vivre l’expérience de la plus haute marée au monde, vous devez connaître les heures des marées. Il faut une visite à marée haute et une seconde à marée basse.  Lors de mon séjour, nous étions à la saison des grandes marées. La marée avait 46 pieds de hauteur… Les guides bilingues vont vous conseiller sur la façon de rendre votre visite la plus spectaculaire possible.  Il vous faudra de bons souliers de marche et des chaussures pour marcher dans la vase, le fond marin étant très vaseux.  Il ne faut pas passer dans cette région sans visiter ce parc.

Cap Enragé

La route du Cap est pour les motocyclistes experts seulement. En plus d’être en mauvais état, il y a de la roche et du sable dans plusieurs virages. Le trajet est très étroit et sinueux.  Du haut de la falaise, il est possible de voir la baie de Fundy se remplir et se vider en regardant l’eau passer entre les roches.  C’est un des endroits où les gens de la place disent que l’eau monte à la vitesse d’un cheval au galop.  Vous croiserez une jolie plage de galets où vous pourrez vous baigner si la température le permet.  Après trois jours dans le coin de la baie de Fundy, vous pouvez vous diriger vers Sussex pour admirer les murales peintes sur les murs du centre-ville.  

La météo commence à se gâter et la pluie se met de la partie.  Le reste d’un ouragan se dirige vers la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.  Après une nuit à écouter les orages et à faire sécher mon imperméable, je me réveille avec la météo qui annonce cinq jours de pluie dans les Maritimes.  Je prends la décision de retourner à la maison, qui est à 985 km de moto. Plus je me dirige vers le nord, plus la météo devient clémente.

Départ de l’hôtel vers 7 h 30.  La pluie cesse enfin en arrivant près d’Edmundston et le plein soleil se montre près de Rivière-du-Loup.  Aucun problème jusqu’à Montréal où je suis arrivé vers 20 h.

À l’évidence, je n’étais pas dû pour un long voyage de retraite.  De toute façon, les Maritimes sont si près, j’y retournerai dès que j’en aurai l’occasion.  Il me reste l’île Miscou, Saint John et plein d’autres endroits à découvrir dans les provinces voisines.

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Alain Barabé

Alain Barabé

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

– PUBLICITÉ –

NOS DERNIÈRES VIDÉOS

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –