Mercredi, juin 23, 2021
Mercredi, juin 23, 2021

Entrevue de Zabel avec Jean-François «Viking» Émond

Dans le monde de la moto, il y a de ces passionnés avec qui on jaserait pendant des journées entières sans s’ennuyer. Communiquant leur joie de vivre avec des amis et parfois avec des inconnus, ils adorent échanger et découvrir de nouvelles facettes à leur passion. De bons vivants charismatiques et généreux qui n’hésitent pas à transmettre leurs connaissances. 

Je vous en présente tout un aujourd’hui : Jean-François « Viking » Émond. Si vous le croisez sur la route, dans une compétition ou dans un événement moto, n’hésitez pas à lui piquer un brin de jasette, il se fera un plaisir de vous faire  partager son amour pour la moto, et même pour les véhicules vintage!

- Publicité -

Zabel : Jean-François, parle-moi un peu de toi, de l’origine de ton amour pour la moto.

Jean-François : Je viens de Sainte-Anne-de-Beaupré, dans la région de Québec. Quand j’étais tout petit, mon oncle, le frère de mon père, nous visitait de temps en temps avec sa moto. J’aurais tant voulu faire un tour à cette époque! Mais étant parfois téméraire et imprudent, il n’a jamais eu la permission de m’embarquer autrement que sur la moto arrêtée ET sur la béquille! Une fois vieux et retraité du monde de la moto, c’est moi qui lui ai fait faire son dernier tour de moto. 

Zabel : Quelle belle boucle de la vie! 

Jean-François : Quand je visitais la famille maternelle au Saguenay, plusieurs jeunes se promenaient dans le village en motocross. J’étais bien content quand, se sentant regardés, ils partaient sur un wheelie pour nous amuser… et oui, ça nous amusait! À l’époque, chaque marque avait SA couleur, il était facile de les différencier. 

J’écoutais l’émission Chips et je voulais être policier à moto. Nous passions nos journées à jouer avec nos vélos munis de sirènes et de fearings confectionnés avec des serviettes de plage!

Zabel : Wow! J’imagine le plaisir que tu avais! Ta première moto est apparue à quel moment dans ta vie?

Jean-François : Il a fallu attendre mes 14 ans pour enfin avoir un moteur sur mes deux roues. Un scooter acheté neuf chez Moto Pierreà Sainte-Foy. Un Honda élite R sur lequel j’ai parcouru 27 000 km.

Zabel : Quand même impressionnant, sur un scooter!

Jean-François : L’année suivante, j’ai commencé à faire de l’enduro. J’ai eu quelques motos pas chères qui ne m’amenaient pas très loin. J’en garde quand même de bons souvenirs, surtout ma Yamaha MX 250. Nous nous étions fait une petite piste dans une mare avec plus de bouette que d’autre chose! 

Zabel : J’imagine oui! Ce n’était certainement pas toi qui faisais ton lavage! (rires) 

Jean-François : À 16 ans, étant aussi un passionné de voitures antiques, je voulais acheter un Lincoln 1970. Une fois rendu sur place, le fils du vendeur m’offre sa belle Yamaha 400 cc au même prix. C’est finalement avec elle que je suis reparti! Depuis cette journée, j’ai continué de rouler sur plusieurs motos customs et plusieurs enduros également. J’ai presque toujours eu les deux. Depuis peu j’ai troqué l’enduro pour le VTT vintage. Je me promène en trois roues « Big Red » entre mes saisons de motoneige et de moto. Encore pris par mon esprit vintage, j’y retrouve mon feeling des années 1980!

Zabel : Quels sont tes meilleurs souvenirs avec tes motos?

Jean-François : Depuis 31 saisons estivales, je parcours les routes, participe aux Bikeshows etprends part à diverses compétitions. Chacune des randonnées comporte son lot de souvenirs. Les paysages, les bâtiments, les animaux, les gens qui nous regardent, tout est sujet à alimenter nos pensées. Entre motocyclistes, c’est toujours agréable d’échanger sur nos voyages. Dans les Bikeshows, avec le temps on devient connu et on aime se mesurer à nos amis. La compétition est de bonne guerre et c’est ça que j’aime. On a toujours hâte à la prochaine fois! Mon meilleur souvenir demeure quand même l’achat de mon scooter. J’avais travaillé fort et je l’attendais depuis si longtemps!

Zabel : Tu as des enfants, montrent-ils de l’intérêt pour la moto?

Jean-François : Mes garçons nous ont toujours suivi ma conjointe et moi. Ils étaient derrière nous avec des harnais de sécurité. À six ans, ils ont commencé à avoir des minitrails qu’ils ont grossi avec les années jusqu’à la fin de l’adolescence. Justin, mon plus jeune, s’est procuré une Harley-Davidson Sportster dernièrement et compte bien voyager avec moi éventuellement. J’espère que son frère se joindra à nous dans un avenir rapproché.

Zabel : Tu as fait de la figuration en tant que biker dans certaines réalisations télévisuelles, des films, des émissions de télé? Lesquelles et quelle a été ton implication? As-tu aimé ton expérience?

Jean-François : En 2016, répondant à une annonce, je me suis retrouvé avec mon fils et un ami comme figurant dans le film québécois Feuilles mortes. On y jouait des criminels qui tenaient un bar pas trop catholique. J’ai beaucoup aimé l’expérience et côtoyer certaines personnalités connues lors du tournage. Deux ans plus tard, on m’a approché pour former un groupe d’une vingtaine de motards pour le tournage de l’émission LOL:-). Nous avons tourné une dizaine de sketchs. Cette journée fut remplie de rires. Encore une fois j’ai trouvé intéressant de voir tout le travail derrière les caméras. Je recommencerais demain matin.

Zabel : Des moments marquants dans ta vie de motocycliste?

Jean-François : Le plus marquant dans mon histoire, c’est comment, de fil en aiguille, s’est développé un mode de vie. Je n’aurais jamais pensé qu’avec les années je deviendrais aussi impliqué. 

Au départ, avec mon scooter, il s’agissait surtout d’un moyen de transport. Avec ma première moto, je circulais surtout seul et rencontrais des gens à gauche et à droite jusqu’à ce que je joigne une association de motocyclistes. Avec eux, j’ai appris l’esprit de groupe, la structure et l’organisation d’événements. Je me suis mis à fréquenter diverses associations partout au Québec. J’ai commencé à animer certains événements, puis est arrivée aussi la figuration. Les rencontres, les invitations, les visites chez moi, les voyages, tout ça m’a fait connaître des gens extraordinaires! 

Je peux dire aujourd’hui que j’ai un pied à terre dans toutes les régions du Québec. C’est ça qui me marque le plus, la fraternité qui règne chez la plupart des motocyclistes. Aujourd’hui, je suis impliqué dans une autre association. Nous formons une grosse famille, chacun a son rôle. Lors de nos festivités, c’est un plaisir de constater que notre noyau de fidèles amis nous suit toujours, peu importe la température et d’où ils viennent. C’est vraiment agréable tout ce partage.

Zabel : As-tu fait de grands voyages à moto? Lesquels?

Entrevue de Zabel avec Jean-François «Viking» Émond

Jean-François: Je roule le plus souvent au Québec, dans le Maine, le New Hampshire et le Vermont. J’ai aussi roulé les routes mythiques comme la Cabot Trail, une partie de la route 66, traversé le désert de Death Valley, le Blue Ridge Parkway, et j’ai adoré… Avec un ami grand fan de l’Ouest américain que j’ai suivi dans le Nevada, l’Utah, l’Arizona et la Californie, on a fait deux voyages vraiment extraordinaires. Grâce à un tel guide pour ces deux périples, j’ai pu en profiter à fond, car généralement, je suis le capitaine de route.

Zabel : Sur quelle moto roules-tu actuellement?

Jean-François : Après avoir roulé sur des motos japonaises custom de toutes les sortes, pour mes 30 ans je me suis offert ma première Harley-Davidson. Quoi que j’aie un grand respect pour toutes les marques, il est vrai que la marque Harley-Davidson représente le rêve de tout biker. Avec elle j’ai développé une relation. Je ne voyais pas ça ainsi au début, mais maintenant je ne m’en départirais pour rien au monde. Je l’aime et on forme un team. Elle est personnalisée à mon image et partout on la reconnaît. 

Après 10 ans j’ai acheté une autre moto neuve, mais je la prends rarement. Je laisse le plaisir de l’utiliser à ma conjointe, car je préfère réellement ma vieille. Dans les jeux et compétitions auxquels je participe, j’aime répondre aux gens qui me questionnent sur ma moto. C’est une fierté qu’elle traverse le temps avec moi.

Zabel : Parles-moi brièvement de ta passion pour les motoneiges vintage, les voitures, VTT,  etc.

Jean-François : Je suis un passionné de motos, mais aussi de machines. J’aime quand elles se démarquent. Plusieurs autos, camions, motoneiges, VTT, tracteurs et motos ont passé dans mon garage. On dit que j’ai appris les marques de voiture avant les couleurs! (rires). Je possède encore ma première motoneige, une 1963, le vieux tracteur familial, 1953, un camion 1956 que je projette de restaurer, sans oublier quelques autres vieilles motoneiges et VTT anciens.

L’hiver, j’essaie de poursuivre mon trip d’été. Depuis deux ans, je participe à un rallye de vieilles motoneiges à Chibougamau. C’est comme nos fêtes de bikers, le même esprit, les taquineries et surtout l’entraide et l’amitié.  

Zabel: Eh bien, merci infiniment Jean-François pour ta générosité, ton histoire est fort intéressante! Au plaisir de se croiser sur la route! 

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Découvrez d'autres articles

connexes