Mercredi, juin 23, 2021
Mercredi, juin 23, 2021

Entrevue de Zabel avec Hélène et Jean-Paul Brodeur

Dans le numéro précédent, je vous présentais René et Nancy qui, grâce à leur passion pour la moto et à leur amour, ont uni leur destinée au parc des Arches, dans l’Utah. Grands voyageurs à moto, leur piqûre de ce mode de vie leur a été transmise en grande partie par Hélène et Jean-Paul Brodeur, que je vous présente aujourd’hui.

L’implication d’Hélène et de Jean-Paul dans leurs associations (AMTR et AMRN) leur a permis de vivre leur passion en étant membres du comité à différents niveaux. Hélène a entre autres été présidente et Jean-Paul directeur des voyages. 

Entrevue de Zabel avec Hélène et Jean-Paul Brodeur
- Publicité -

Zabel : Comment tout ça a commencé?

Hélène : Notre passion est née lorsque notre fille était adolescente. Nous étions en 1988 et avions alors plus de temps pour nos loisirs. L’envie de s’acheter chacun une mobylette nous a pris. Mais en y réfléchissant bien, on ne se voyait pas vraiment se promener là-dessus, et en plus, on devait se limiter aux petites routes. 

Jean-Paul : Quand on magasinait les mobylettes, un ami m’a montré une revue de moto et c’est à partir de ce moment qu’on a « grossi » notre mobylette! (rires)

Hélène : On s’est donc mis à magasiner les motos, dans les journaux (dans le temps, Internet n’existait pas!). On allait chez les concessionnaires.

Zabel : Mais aviez-vous déjà fait de la moto auparavant?

Hélène : Non, ni un ni l’autre! Même dans nos familles, personne ne faisait de moto. Ils étaient plutôt sédentaires et nous, on aimait se promener et voyager. 

Zabel : Après l’envie avortée des mobylettes, quel fut votre premier achat?

Hélène : On a vu la Yamaha Maxim X 750 1985 chez un monsieur de Repentigny, et on l’a achetée. Elle n’avait que 2000 km. Dans ce temps-là, on avait automatiquement la classe moto sur nos permis. Alors là, il fallait rapporter la moto et apprendre à la conduire! (rires)

Jean-Paul : J’ai décidé de me pratiquer dans la cour, sur le gazon autour de la piscine! Ça allait bien jusqu’au moment où…

Hélène : Notre fille m’appelle au travail et me dit : « MAMAN! Papa vient de passer au travers la haie de cèdres! ». (rires)

Zabel : Oups! L’expérience! Donc à partir de ce moment, l’aventure commence?

Hélène : Oui! J’étais passagère à l’époque. Par contre, le confort sur le 750 laissait à désirer! Un jour, nos amis nous proposent d’aller à l’Americade au Lake George. À mi-chemin, l’un d’eux a pitié de moi et m’offre d’embarquer sur son Goldwing. J’accepte et alors… Révélation! Je ne veux plus rien savoir du 750! Le confort m’a conquise! On est donc allés se magasiner un Yamaha Venture Royal. Bonheur total!

Entrevue de Zabel avec Hélène et Jean-Paul Brodeur

Zabel : Comment en êtes-vous venus à toute cette implication dans le monde de la moto?

Hélène : On est entrés dans l’AMTR (Association Moto Tourisme Repentigny) et on a commencé à voyager avec eux. J’aimais ça! Jean-Paul et moi aimons nous impliquer. Dans ce temps-là, il y avait environ 60 membres. Au fil des ans, le nombre de membres a augmenté et le groupe s’est scindé en deux pour former le 1340 et l’AMRN (Association Moto Rive-Nord). On est montés à 400 membres dans cette dernière. On faisait toutes les rides, on organisait des voyages…

Zabel : Wow! 

Hélène : Pendant 12 ans, j’ai été dans le comité. En 1998, j’ai été présidente de l’AMRN. 

Jean-Paul : Moi, directeur des voyages pendant deux ans. 

Hélène : On s’est fait de beaux et de bons amis. On travaillait pour l’association et on ne comptait pas les heures! Nous étions en fait cinq parents; l’AMRN, c’était donc notre bébé! On aimait ça! Ce fut très agréable, de belles rencontres. Je me souviens entre autres d’une année, un couple de l’association décide de se marier. Il trouve l’idée intéressante de faire ça en moto avec les amis. On organise tout ça. Pas moins de 35 motos sont prévues. Le samedi matin du mariage, il ne pleut pas, il MOUILLE! Tout le monde m’appelle : « Ben là, il pleut! ». Je réussis à convaincre tout le monde de s’y rendre quand même en moto, avec les « chic » imperméables, on était beaux! (rires). On ne pouvait pas abandonner le projet pour cette journée mémorable! Finalement, tout le monde y était avec sa monture. Au moment de la réception après le mariage, le ciel s’est dégagé et le soleil est revenu!

Zabel : Vous avez une fille. Est-ce qu’elle participait à vos activités en moto?

Jean-Paul : On a emmené notre fille, qui avait 12 ans à l’époque, dans une ride où une activité d’équitation était prévue. Elle est alors passagère d’un des membres. Une autre moto me rentre dedans et le top case avance de deux pouces. On était corrects, mais le « chauffeur » de ma fille décide de partir seul avant d’arriver à l’équitation, alors on a fini la ride à trois sur la moto! Avec le top case avancé! Toute une expérience! (rires) Le retour s’est quand même bien passé. On a eu le Venture pendant deux ans. 

Entrevue de Zabel avec Hélène et Jean-Paul Brodeur

Zabel : Qu’est-ce qui vous a fait changer?

Jean-Paul : Cette année-là, Honda a sorti des Shadow de toutes sortes de couleur. Hélène était un peu tannée d’embarquer en arrière. Elle avait le goût de conduire sa propre moto.

Hélène : Dans ce temps-là, il n’y avait que deux femmes dans l’association qui conduisaient leur propre moto. Je les regardais et je me disais : « Ça l’air le fun ». Je suis alors allée suivre mon cours de moto, et j’ai aimé ça! Puis, on a acheté mon Shadow. J’avais dit au vendeur : « Si tu en trouves un autre identique, appelle-nous! ». Ça ne prend pas plus que ça pour faire travailler un vendeur! Il a cherché et… il a trouvé! Quelques semaines plus tard, il m’appelle au bureau pour m’annoncer qu’il en a trouvé un « pareil pareil pareil! ». Je lui ai dit : « Mets ça dans le showroom, on arrive! ». Donc, après le souper, je dis à mon mari : « On va aller faire un tour au garage pour le fun, faire une ride. Il n’était pas au courant de ma petite manigance! Quand on est arrivés là-bas, surprise! C’est alors qu’on a acheté l’autre Shadow. On a roulé 12 ans avec ces motos! J’ai fait 150 000 km avec la mienne.

Jean-Paul : J’avais modifié mon Shadow, straight pipe, avec des fishtails, j’aimais ça les bicycles bruyants. Nos deux motos étaient straight pipe.

Zabel : Et ensuite?

Hélène : En 2002, on est partis en vacances et depuis deux ans, ça me tentait moins de rouler ma moto. On s’est alors acheté un Goldwing. J’avais envie de redevenir passagère et de profiter du moment sans stress. À deux motos, le désavantage, c’est la communication. Souvent je roulais et je me disais : « Il faut que je dise ça, ça et ça à Jean-Paul quand on va arrêter… ». On arrêtait et je ne me rappelais plus ce que j’avais à lui dire! (rires)

Entrevue de Zabel avec Hélène et Jean-Paul Brodeur

Zabel : Avec le Goldwing, vous avez voyagé?

Jean-Paul : On a eu le Goldwing pendant presque 10 ans. Se lever pour aller travailler, c’était difficile, mais se lever à 5 h le matin pour aller rider en moto, ça c’était l’fun! On est allés en Californie, au Nevada, dans le Wyoming, on a fait de très beaux voyages. De beaux trips de vacances. On partait souvent tous les deux, en camping, en motel… En combinant nos deux passions : la moto (1989 à 2011) et notre Safari Condo (depuis 2007); on a fait le tour des États-Unis et du Canada. Il ne nous manquait que Terre-Neuve qu’on a faite à l’été 2015.

Zabel : Endroits de prédilection? 

Jean-Paul et Hélène : Dans ce temps-là, il y avait des cafés-rencontres les vendredis, puis on descendait sur Sainte-Catherine. Plein de bons souvenirs! Nous étions toujours présents pour les bénédictions, la journée du Loup… Voir des centaines de bikes sur la route se rendre à ces événements! C’était de toute beauté! On est aussi allés à Laconia pendant 22 ans d’affilée sans manquer une année!

Zabel : Quelle est votre façon de voyager?

Hélène : On ne réserve pas. On laisse libre cours à la route et au destin.

Hélène et Jean-Paul : Notre vie de motocyclistes nous a permis d’apprendre à voyager, à apprécier la nature, l’extérieur, de ne pas avoir peur, de nous ouvrir l’esprit, de vivre avec les gens de la place, de partager. Partout où l’on va, les gens sont accueillants. Nous avons fait de belles rencontres. Nous avons les mêmes goûts, la même passion. On a hâte de revenir quand on part et on a hâte de partir quand on revient! Préparer un voyage et le plaisir de regarder des cartes! Quel bonheur! Une belle vie qui continue aujourd’hui…

Aujourd’hui, Hélène et Jean-Paul sont de jeunes retraités qui voyagent toujours, mais qui ont changé leur véhicule de transport pour un petit motorisé qu’ils ont fait monter pour eux. Cela leur permet d’approfondir les voyages qu’ils ont réalisés sur deux roues, de prendre le temps et d’explorer toutes les contrées préalablement survolées en moto, d’aller marcher dans les parcs, Grand Canyon, Bryce Canyon, etc.

Quelle belle rencontre avec Hélène et Jean-Paul, des gens passionnés et charmants. Bien hâte de connaître leur passionné qui, en donnant au suivant, partagera son histoire avec nous!

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Découvrez d'autres articles

connexes